Retour




Le mariage

Qu’est ce que le mariage ?
Le mariage en Islam est l’ union entre un homme et une femme dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques en vigueur dans le Coran et la Sunna du Prophète (p&s). C’est un contrat qui peut être résilié si les clauses n’en sont pas respectées. Ce contrat est accepté mutuellement par les deux parties avec cette particularité que la femme doit se faire représenter par un tuteur qui est le plus souvent le père ou à défaut un autre membre de la famille. Ceci pour qu’il règle en son nom et avec son consentement les modalités du mariage.


Pourquoi se marier ?

Dieu Exalté a crée l’homme et la femme et dans Son immense sagesse Il a crée des instincts de survie par différentes sortes de jouissances dont l’une d’entre elle constitue l’instinct sexuel : attirance naturelle qu’on les êtres de sexe opposés qui débouche immanquablement sur des rapports sexuels, les contraignant de ce fait à se reproduire, préservant ainsi la postérité du genre humain .
Mais cette jouissances doit s’éxprimer dans un cadre licite et pour une finalité bien déterminé.
La finalité est bien entendu la procréation, préserver la postérité du genre humain, assurer une continuité, une descendance dont les membres sont unis par des liens que Dieu Exalté a rendu sacré. La finalité est bien entendu la procréation, assurer une continuité, une descendance dont les membres sont unis par des liens sacré et historique Le cadre licite est bien entendu l’ institution du mariage :
Dieu Exalté
l’Islam s’oppose autant à la frustration et au refoulement des instincts naturelles , qu’au libertinage qui ouvre les portes à l’adultère et à la fornication.
Dieu exalté dit :
« Ô vous qui avez cru ! N’interdisez pas la jouissance correcte de ce que Dieu vous a permis et ne commettez pas d’agression car Dieu n’aime pas les agresseurs ».
(5 :87)

La finalité est bien entendu la procréation, assurer une continuité, une descendance dont les membres sont unis par des liens sacré et historique. Le Prophète (p&s) lança un appel à tous les jeunes :
« O jeunes gens ! Celui d’entre vous qui se sent capable d’entretenir un foyer, qu’il se marie. Car le mariage est en effet plus à même de retenir les regards et de préserver la chasteté ….
( Bukhari & Muslim)



Mariage interdit

Dieu Exalté dans son infini Science a réglementé le mariage , en autorisant certaines unions et en interdisant d’autres :
- Il interdit le musulman(e) d’épouser des polythéistes ou athée
- La musulmane ne peut épousé qu’un musulman.
Quant au musulman il est autorisé à prendre pour épouse une chrétienne ou une Juive ( les gens du Livre).
- Le mariage par parenté :qui repose sur le lien de sang que ce soit en ligne directe (ex : le père avec sa fille) ou en ligne collatérale (ex : le frère avec sa soeur). Il est à noter que de l’allaitement découle des liens de parenté.
Le mariage par alliance (liens qui résultent de l’union de l’époux avec les parents de l’épouse), Ceci revient à condamner les unions à caractères incestueuses , les mariages consanguin qui ont pour risque de provoquer des tares au niveau de la descendance.
la sourate (4 :23) nous donne la liste complète des unions interdites.


Le choix d’un conjoint

Nombreux sont les mariages aujourd’hui qui sont conclu suite à se qu’on appel un coup de foudre, une attirance physique ou encore une situation sociale privilégiée…
L’Islam nous met en garde contre ces coups de tête. Méfions-nous des apparences.
Le Prophète (p&s) dit :
« La femme est sollicitée en mariage pour quatre raisons : pour son argent, sa lignée, sa foi et sa beauté ; cherche donc la femme croyante (sinon) ta main serait appauvrie ».
(Bukhari & Muslim)

La foi constitue le ciment du couple car un homme et une femme qui craint Dieu et respecte ses prescriptions est plus à même d’être bon l’un à l’égard de l’autre. A chacun est attribuer un rôle bien définit par le Coran et la Sunna .L’ homme doit assurer les subsistance du foyer quant à la femme, elle entretient son ménage, élève ses enfants . Tous deux collaborent mutuellement dans leurs complémentarité.
Dieu Exalté dit :
« Elles sont un vêtement pour vous, et vous êtes un vêtement pour elles. »
(2 :187)

Aussi bien d’un point de vue physique que morale et psychique puisque ils préservent mutuellement leurs honneurs, leur argents, chacun d’eux assure à l’autre protection contre les méfaits, chacun d’eux se garde de divulguer les secrets de l’autre. Ils affrontent conjointement les épreuves de la vie, qu’elles soient plaisantes ou contraignantes


Conforter son choix.

Si un homme a l’intention de demander la main d’une femme il a le droit de la voir avant tout engagement ou promesse de mariage afin qu’il soit parfaitement averti. Les savants permettent au prétendant de voir sa prétendue dans les vêtements qu’elle porte en présence de sa famille. Il peut ainsi resté en sa compagnie ( en présence d’un mahram : proche qu’elle ne peut épouser) afin qu’il découvre ses goûts, sa façon de penser, de raisonner, sa personnalité…
Le père musulman n’a pas le droit d’empêcher un prétendant sincère de voir sa fille.
Il est aussi permit au prétendant d’interroger l’entourage de la prétendante sur ces qualités, ces relations, sa piété, en somme effectuer une petite enquête de voisinage qui le confortera dans son choix et inversément.
Une fois rassuré, il est important qu’ils effectuent tous deux la salat d’Istikhara : prière pour la consultation du sort ; qui consiste en 2 rak’ats à demander à Dieu Exalté la bonne orientation de votre choix. Car le mariage est une grande décision .
Le consentement de la fille
Il est essentiel d’insister sur le fait que la jeune fille est la première concerné par le mariage, elle doit impérativement donner son consentement au préalable .
Le Prophète(p&s) dit : « Toute femme qui a perdu son mari ne peut se marier sans son consentement ; quant à la vierge, on lui demande son accord. »
Nombreux sont les pères qui passe outre les recommandations du Prophèté(p&s) les conséquences sont souvent désastreuses et ils en assumeront l’entière responsabilité.


La dot

La dot n’est pas une valeur marchande, elle doit être perçu d’un point de vue symbolique. En effet elle permet de légalise le mariage avant sa consommation.
L’Islam s’oppose à ces demandes exhorbitantes qui transforme la femme en une marchandise destinée au plus offrant.
L’islam exhorte a facilité le mariage et non pas à y introduire des difficultés. Deplus il est capital de savoir que la dote n’est pas destiné au père (pratique anté-islamique.) mais à la fiancée du prétendant qui en détermine le montant ou la valeur. Ensuite elle en jouit comme elle l’entend.
Le Prophète (p&s) a dit :
« La plus légitime des conditions serait de payer la dot exigée par vos épouses. »
(Bukhari)

Aujourd’hui nous constatons que le montant est fréquemment fixer par le père de la jeune fille de plus il formule des exigences souvent trop excessives mettant ainsi en péril le futur couple : le jeune homme s’endette, recule la cérémonie, les discussions futiles échauffe les esprits, les rapports de belle famille sont déjà prometteur.
‘Omar Ben Al Khattab a dit : « N’élevez point avec exagération la dot des femmes. Si cette exagération avait été une considération dans la vie d’ici-bas et un signe de piété auprès de Dieu, votre Prophète en aurait été plus digne que vous… »
(Tirmidhi)




La cérémonie

La cérémonie a pour but d’annoncer l’évènement et de réunir en cette occasion les parents, la famille, les amis, dans la joie et les réjouissances.
Il est regrettable de constater qu'aujourd'hui, la cérémonie de mariage a prit une telle ampleur qu’à la place de la joie elle suscite d’avantage de l’angoisse, de la fatigue et des dépenses. Retournons à la simplicité d’antan, laissons tomber ses arguments futiles qui consiste a devoir plaire aux autres en faisant mieux , plus chère et avec plus de transgressions. Revenons à la Sunna qui prêche la simplicité, le bon goût et la morale.

  • la mixité est interdite à l’occasion de ses cérémonies étant donné que les femmes sont parées pour l’occasion.
  • exprimer sa joie par des chants. (anachides), dhikr, lecture du Coran, invocations.
  • ne pas dépenser des sommes exagéré à la préparation de la cérémonie, la simplicité est de rigueur et l’Islam interdit le gaspillage.(nourriture, vêtements …)
  • Les femmes doivent évité de s’exhiber avec des parure coûteuse, l’état d’esprit de la musulmane est de ne pas provoquer la jalousie, la convoitise.



La vie en commun.

Nous savons tous que la vie est loin d’être faite d’amour et d’eau fraîche . Avoir à l’esprit quelques qualités est nécessaire pour vivre en commun sachant que nous ne sommes pas des êtres parfaits. La piété est primordiale, d’elle d’écoule la sincérité, la fidélité, l’honnêteté, la pudeur, la patience, l'indulgence…Tant de qualités recommandées en Islam, qui ne peuvent avoir que des conséquences agréable sur l’harmonie du couple. Le couple doit vivre dans un climat de confiance mutuel et de transparence.
De part et d’autre doit coexister le désir de se faire plaisir, de se témoigné de l’affection, de se réconforter, de s’encourager, de se protéger, de s’entraider, de se guider selon ce que Dieu Exalté nous a enseigné, dans son infini Miséricorde.
Dieu Exalté dit :
« Le plus noble d’entre-vous, auprès de Dieu est le plus pieux d’entre-vous. »

(49 :13)

C’est au Coran et à la sunna qu’il faut se référer tant pour le bon fonctionnement du couple que pour trancher les petits conflits ou les grands litiges.
Dieu Exalté dit :
« Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier, c’est mieux ainsi ; c’est le meilleur arrangement. »
(4 :59)

« Lorsqu’un individu se marie, il aura accompli la moitié de sa religion. Qu’il craigne, alors Dieu pour la moitié restante ».
(Al Bayhaqi)

« Ceci (le Coran) est certes, une parole décisive (qui tranche entre le vrai et le faux) »
Le Prophète (p&s) parlant de son épouse Khadija dit :
« …Elle a cru en moi alors que les gens étaient des mécréants, m’a cru alors que les gens m’ont traité de menteur, m’a consolé avec son argent alors qu’ils m’ont privé, Dieu m’a accordé par elle des enfants…
(Bukhari)

Ceci constitue l’admiration qu’avait le messager pour les qualités d’épouse de Khadija .
Il dit aussi : « Le meilleur d’entre vous est celui qui se conduit le mieux envers sa femme. »
(Tabari)